La création d’un commerce de détail est un processus long, dans lequel l’entrepreneur doit prendre des décisions stratégiques. Comment s’y prendre concrètement ? Ce guide a été réalisé dans l’objectif de passer en revue tous les points à ne pas négliger dans votre stratégie d’ouverture de boutique.

Sommaire : 

  • Étape 1 – Valider son idée de projet de création de boutique
  • Étape 2 – Faire l’étude de marché de son commerce
  • Étape 3 – Calculer son budget pour ouvrir sa boutique
  • Étape 4 – Élaborer le business plan de son magasin
  • Étape 5 – Faire le point sur les aides à la création de boutique
  • Étape 6 – Valider la forme juridique de son entreprise
  • Étape 7 – Prévoir le cadre réglementaire de son point de vente
  • Étape 8 – Trouver un lieu pour ouvrir son magasin
  • Étape 9 – Préparer ses stocks et son assortiment de produits
  • Étape 10 – Boucler les formalités administratives pour créer son entreprise
  • Étape 11 – Définir le plan marketing pour lancer sa boutique
  • FAQ

Étape 1 – Valider son idée de projet de création de boutique

Généralement, 3 facteurs peuvent mener à l’idée d’ouvrir un magasin : 

  • Le produit : vous appréciez particulièrement une ligne de produits, et vous constatez un manque sur le marché ;
  • La vente : vous êtes attiré par ce domaine d’activité, et vous êtes ouvert à différentes catégories de commerce indépendant ;
  • La relation client : vous souhaitez rendre service à votre future clientèle, en répondant à leurs besoins de consommation.

Le créateur d’une boutique doit incarner ces 3 piliers afin de bâtir un projet solide. 

Renseignez-vous sur le cadre réglementaire en vigueur pour l’activité visée. Certains secteurs requièrent l’obtention de diplômes précis comme les professions artisanales. Par exemple, il est conseillé d’être titulaire d’un BP ou d’un CAP fleuriste pour ouvrir sa boutique de fleurs. Mais, il est possible d’ouvrir certains commerces de détail sans diplôme spécifique : magasin de vêtements, boutiques d’accessoires, droguerie, etc.

S’il s’agit d’une situation inconnue, projetez-vous dans le rôle d’entrepreneur. Ouvrir une boutique, c’est faire le choix d’un métier tout terrain. De nombreuses compétences techniques sont requises :

  • sélectionner ses produits ;
  • gérer ses stocks ;
  • bâtir sa politique de prix ;
  • organiser la périodicité de la vente (soldes, promotion, etc.) ;
  • promouvoir les marques et les articles distribués.

À cela s’ajoutent des compétences transverses, utiles à tout entrepreneur :

  • gérer sa structure au niveau administratif et financier ;
  • anticiper et parer aux risques liés à son activité commerciale ;
  • être capable de gérer des situations imprévues ;
  • incarner une vision et une politique de l’entreprise ;
  • savoir manager son équipe, le cas échéant.

 

Bon à savoir : que choisir entre le commerce indépendant et la franchise ?

La franchise a l’avantage de vous insérer dans une organisation commerciale déjà bien rodée, minimisant vos risques. En revanche, l’ouverture d’un magasin franchisé est conditionnée au règlement de droits spécifiques à la marque représentée. 

Vous ne serez pas le seul maître à bord : les produits à la vente, les outils de gestion, et les moyens marketings sont harmonisés entre les commerces.

Étape 2 – Faire l’étude de marché de son commerce

L’étude de marché est la meilleure façon de confirmer votre intuition de départ. Ce préambule à toute opération entrepreneuriale permet d’évaluer la pertinence d’une idée à partir de 4 piliers du marketing :

L’offre de produits

Quelle promesse tenez-vous avec votre point de vente ?  Votre idée initiale est confrontée à l’offre déjà existante, afin d’analyser votre potentiel d’insertion sur le marché. C’est l’occasion d’affiner votre ligne de produits ;

La demande de la clientèle

Il s’agit de passer en revue les habitudes de consommation du public :

  • les statistiques marchandes (panier moyen, budget annuel alloué) ;
  • les avatars clients (données types sur leur profil) ;
  • l’évolution des comportements d’achat (leur fréquence, l’éventuelle saisonnalité) ;
  • les motivations à acheter (les facteurs entraînant un passage à l’action chez les clients).

Le marché

Prenez la température du marché visé en rassemblant des statistiques actuelles. Le secteur est-il en progression ? Quelles seront les tendances de demain ? 

L’environnement du magasin

Quel est votre écosystème marchand ? Déterminez votre zone de chalandise. Étudiez votre concurrence directe et indirecte. N’oubliez pas de pousser l’analyse à l’aspect technologique. Certaines évolutions sont à considérer sérieusement pour l’avenir de votre magasin.

 

Lucas, ancien agent comptable souhaitant ouvrir une papeterie (Normandie)

Lucas, passionné de jolis papiers, a quitté son ancienne profession pour ouvrir une boutique d’articles de papeterie. Il découvre l’univers du commerce, et se fait accompagner par un cabinet de consultants afin de réaliser son étude de marché.

Loin de le démotiver, l’étude a permis à Lucas d’affiner sa stratégie marketing. Il a pu prendre en compte la concurrence des e-shops spécialisés et l’impact de la grande distribution. 

Ainsi il peut développer des processus de vente en fonction de ceux de sa concurrence, maintenant qu’elle est bien identifiée. Il souhaite se positionner sur une offre très personnalisée auprès de ses clients. 

Ouvrez votremagasin avec

Prêt à discuter de votre projet d'ouverture ?

Nos experts partagent leur savoir-faire avec vous pour vous aider à lancer votre magasin dans les meilleures conditions.

Commencez

Étape 3 – Calculer son budget pour ouvrir sa boutique 

Le budget de votre commerce rassemble toutes les dépenses prévues pour mener à le projet à terme. Vos frais peuvent être répartis en 3 domaines afin de vous assurer d’être exhaustif dans vos prévisions.

Les charges courantes 

Ce sont toutes les sorties d’argent régulières afin de couvrir le fonctionnement de votre magasin :

  • loyers ou crédits pour le local ;
  • factures, redevances, abonnements ;
  • assurances et contrats d’entretien d’appareils.

Vous pouvez ajouter également les dépenses liées au personnel si vous prévoyez des recrutements. Pensez également aux frais de prestations externes : recours à un expert-comptable, par exemple.

Par ailleurs, les frais sont très variables entre les ouvertures en franchise et les commerces indépendants. Les boutiques franchisées donnent lieu à un paiement de droits d’utilisation de la marque.

Les investissements

Les investissements correspondent à des achats importants, dont les amortissements financiers s’étalent dans le temps. En tant que commerçant, vous pourriez avoir les besoins suivants :

  • achat d’un véhicule professionnel ;
  • matériel frigorifique pour stocker des produits alimentaires ;
  • ordinateurs, caisse enregistreuse, imprimante.

Les achats de stock

Ce sont les dépenses réalisées pour constituer votre stock initial : les produits à la vente, mais aussi les matières premières, ou encore les emballages. Il existe différents moyens de financer votre premier stock afin de maîtriser votre trésorerie.

Bon à savoir : 

Ankorstore a développé le principe du paiement différé pour constituer votre premier stock. Commandez vos produits, et réglez vos achats 60 jours après. 

Étape 4 – Élaborer le business plan de son magasin

Le financement d’un commerce de détail nécessite souvent un appel de fonds externes. Pour cela, vous avez besoin de rédiger votre business plan : la carte de visite indispensable auprès des investisseurs.

Le business plan de votre boutique est une feuille de route de votre projet, de l’idée initiale au chiffre d’affaires visé à 3 ans. Ce document est rédigé à des fins de présentation, et se veut le plus exhaustif possible.

Le business plan pour le lancement d’un commerce rassemble les éléments suivants : 

  • le résumé opérationnel (présentation brève du projet et du porteur) ;
  • l’offre du magasin selon le secteur visé (mise en évidence des points clé de l’étude de marché) ;
  • vos objectifs de vente et de chiffre d’affaires (votre politique de prix) ;
  • la stratégie marketing retenue ;
  • les moyens de production et de développement ;
  • le statut juridique de votre commerce ;
  • le dossier comptable et financier ;
  • les annexes au business plan.

Vous pouvez vous faire accompagner par des experts, afin de valider la partie financière de votre dossier. Ce procédé augmente vos chances de bon accueil de votre projet lors d’une demande de prêt bancaire.

Étape 5 – Faire le point sur les aides à la création de boutique

En réalisant les 3 étapes précédentes, vous avez constitué le socle de votre projet. Il est temps maintenant de passer de la projection à la réalisation, en cherchant les moyens nécessaires à l’ouverture de votre boutique.

Dans un premier temps, contactez votre Chambre de Commerce et de l’Industrie. Les futurs entrepreneurs ont droit à divers accompagnements spécifiques comme :

  • une formation aux outils de l’entreprise (gestion comptable, réglementation, etc.) ;
  • un contrat de suivi du projet.

Vous réalisez votre ouverture de boutique dans le cadre d’un changement de vie professionnelle ? Des solutions sont à votre disposition si vous êtes demandeur d’emploi. 

Financement par les réseaux et les collectivités locales

En tant que créateur de commerce, vous pouvez prétendre à des aides issues de réseaux spécifiques ayant pour but de soutenir le tissu économique local. Pensez à contacter le réseau Initiative France comptant 207 associations locales sur toute la France.

Aides à la création d’entreprise

Certains établissements bancaires proposent des aides spécifiques aux créateurs d’entreprises :

  • prêt à taux zéro ;
  • facilité de caisse ;
  • accès à un crédit bancaire.

Investisseurs privés

Si vous êtes disposé à ouvrir votre capital auprès d’autres sociétaires, alors le recours à des investisseurs est une bonne solution. Il existe de nombreux cercles d’investissement en France, répartis au niveau régional. Abonnez-vous à différents réseaux d’entrepreneurs afin de faciliter votre networking.

Financement participatif

Les modes de financement participatif peuvent contribuer à la concrétisation de votre projet. Les crowdfundings sont très simples à mettre en place.

Il suffit de sélectionner la plateforme de récolte de votre choix sur Internet. La communication doit être soignée. Il est préférable d’ouvrir une cagnotte pour financer un aspect précis de votre projet. Les contributeurs projettent plus facilement l’utilité de leur participation. 

Étape 6 – Valider la forme juridique de son entreprise

Vous êtes suffisamment avancé à présent pour définir la forme juridique de votre entreprise. 

Votre solution sera actée dans vos statuts juridiques : un document traçant les contours légaux de votre commerce. 

Il fait référence auprès des organismes administratifs dans le cadre de vos échanges sur le plan juridique, mais également en matière de régime fiscal et de droit social.

Pour créer votre entreprise en solo, il est possible de faire un choix parmi les formats suivants :

  • Entreprise individuelle (EI) ;
  • Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;
  • Société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Le montage d’une entreprise à plusieurs associés passe par la création d’une société. C’est le statut juridique adapté à la répartition d’un capital social de départ. Voici les formes communément utilisées :

  • Société à responsabilité limitée (SARL) ;
  • Société par actions simplifiée (SAS) ;
  • Société anonyme (SA) ;
  • Société en nom collectif (SNC).

Chaque structure comporte des avantages et des inconvénients en matière de :

  • responsabilité du ou des dirigeants ;
  • portage de la fiscalité ;
  • charges sociales ;
  • gestion du patrimoine.

À savoir : depuis le 15 mai 2022 l’EIRL et l’EI ont fusionné pour devenir un régime juridique unique, ayant l’avantage de séparer le patrimoine personnel du patrimoine professionnel.

Le statut de l’entreprise individuelle peut toujours être déclaré sous sa formation simplifiée de l’auto-entrepreneur. Cette formule donne lieu à une simplification des démarches sociales et fiscales. Elle est assujettie à un seuil limite en termes de chiffre d’affaires (176 200 € pour les activités de ventes de marchandises).

Prêt à ouvrir votre boutique ?

Étape 7 – Prévoir le cadre réglementaire de son point de vente

Toujours dans le registre légal, prenez connaissance des obligations relatives au fonctionnement de votre commerce. Selon le registre d’activité, le droit varie. Pour commencer, traitez la question des normes en vigueur dans les domaines de l’accessibilité et de la sécurité.

Tous les commerces sont considérés comme établissement recevant du public (ERP). Chaque type de commerce dispose d’un cadre réglementaire spécifique à son type. Par exemple, les boutiques de vente sont des ERP de type M.

Chaque établissement se voit assigner une catégorie en fonction de sa capacité d’accueil. Les commerces de détail appartiennent généralement à la 5e catégorie, correspondant à un accueil maximal de 200 personnes.

Lorsque vous connaissez votre type et votre catégorie, vous pouvez vous référer aux dispositions légales en vigueur sur le site officiel d’information aux entreprises. Ce point permet de bien anticiper les éléments à considérer lors de votre recherche de local. Une mise en accessibilité d’un magasin peut avoir un coût considérable.

Pensez également à souscrire un contrat d’assurance pour votre boutique, couvrant l’ensemble des risques. Vous devez assurer à la fois les biens (local commercial) et les personnes (dirigeant et salariés).

Étape 8 – Trouver un lieu pour ouvrir son magasin

Cette étape est cruciale pour vous, car elle matérialise votre projet. Pour autant, de nombreux facteurs doivent être considérés avant de prendre votre décision. 

Dans un premier temps, tracez les grandes lignes de l’emplacement de votre boutique en vous focalisant sur votre offre commerciale et sur votre clientèle cible. À quel endroit votre commerce aura le plus de probabilité de trouver son public ?

Ensuite, élargissez le champ pour trouver des pistes sérieuses de locaux commerciaux. À partir de là, un accompagnement pour étudier votre implantation de boutique peut vous être utile.

Cette réalisation permet d’objectiver les données liées à votre zone de chalandise, en les rapprochant de vos objectifs. Différentes informations doivent être recueillies pour réaliser un choix éclairé :

  • coûts immobiliers professionnels ;
  • données sur les flux des passants
  • besoins en stationnement ;
  • attractivité de la zone d’implantation ;
  • caractéristiques du local.

Ces facteurs sont à analyser au regard de votre projet. Vous devez alors projeter le circuit du client de A à Z de la façon la plus précise possible. Affinez les données socio-économiques de votre consommateur cible en fonction du lieu à l’étude.

Préparez un cahier des charges de vos besoins mobiliers et immobiliers rassemblant les éléments suivants :

  • projection de la surface de vente et des espaces de circulation ;
  • anticipation de la présentation de vos articles à l’attention de la clientèle ;
  • besoin de stockage en arrière-boutique ;
  • contraintes spécifiques liées à vos produits (fragilité des marchandises, etc.) ;
  • espaces du personnel obligatoires en cas d’embauche de salariés ;
  • espace administratif à part pour la gestion courante de vos affaires ;
  • local extérieur et stationnement.

Veillez à bien évaluer votre capacité de stockage en fonction de vos produits. Par exemple, un gérant de boutique de vêtements doit anticiper la disponibilité des articles dans toutes les tailles. Le besoin d’espace est donc important.

Étape 9 – Préparer ses stocks et son assortiment de produits

Le moment est venu de structurer votre offre. Le choix de vos fournisseurs est une étape clé pour faire mouche auprès de votre clientèle.

Yohan, créateur d’une boutique de beauté

Yohan était nez pour une grande marque de cosmétique. Il a pour projet d’ouvrir sa propre boutique : un concept store autour de l’odorat. Il souhaite proposer à la vente des articles pour parfumer les personnes, mais également les pièces de la maison.

Il prend le choix des fournisseurs très au sérieux. Son cahier des charges est précis : il veut valoriser des artisans indépendants, travaillant des fragrances naturelles, garantissant une haute qualité de leurs produits.

 

Une fois de plus, une bonne anticipation de votre assortiment facilite la définition de votre stock d’implantation. Construire l’assortiment de votre lancement n’a rien d’anodin : ce sera la vitrine de votre boutique.

Bon à savoir : 

L’assortiment du magasin rassemble toute votre ligne d’articles destinés à la vente. Ces produits se déclinent en familles : un cadre indispensable pour suivre votre stock, de l’achat initial jusqu’à l’inventaire.

L’équipe d’Ankorstart, allié de votre projet, concilie qualité et maîtrise des dépenses. Elle propose des marques et produits correspondant à l’ADN de votre boutique. Elle calcule le budget prévisionnel de votre premier stock.

Étape 10 – Boucler les formalités administratives pour créer son entreprise

Votre local est trouvé, votre forme juridique est choisie, et votre financement est bouclé. Il est temps de donner existence à votre entreprise en réglant les formalité administratives pour ouvrir votre commerce.

Il est conseillé (voire obligatoire selon le statut juridique) d’ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité commerciale. Si vous avez opté pour la création d’une société (SARL, par exemple), les apports de fonds ouvrant le capital sont déposés sur le compte. Les statuts fixent le cadre de la libération des fonds, ainsi que leur répartition entre associés, le cas échéant.

Ensuite, les formalités administratives diffèrent selon le statut juridique retenu pour votre magasin. Le guichet unique des entreprises# est une plateforme permettant de prendre connaissance des pièces justificatives à fournir pour faire immatriculer votre activité commerciale

Ce portail permet également de déposer votre dossier complet. Une fois validé, celui-ci sera transmis automatiquement au centre de formalités des entreprises (CFE) dont vous dépendez. Les autoentrepreneurs peuvent réaliser toutes leurs démarches sur Internet.

Organisme dépendant de l’URSSAF, le CFE# est votre interlocuteur administratif privilégié. La transmission de votre dossier permet de :

  • générer votre numéro SIRET ;
  • créer votre numéro de TVA intracommunautaire ;
  • procéder à votre inscription au registre des commerces et des sociétés.

Étape 11 – Définir le plan marketing pour lancer sa boutique

Vous êtes à quelques semaines de l’ouverture de vos portes ? C’est le timing parfait pour organiser votre premier plan marketing. Votre stratégie globale a été pensée en amont, dans le cadre de votre business plan.

Le plan marketing est un moyen de découper les actions à mener notamment sur le lancement. Généralement, la démarche est élaborée chaque année. Mais rien ne vous empêche de faire un bilan intermédiaire sur votre première année d’exploitation.

Le document rassemble vos objectifs de chiffre d’affaires sur la période à venir. Il fait également état des moyens de production et de communication de manière exhaustive. Une fois ces éléments recueillis, le calendrier des actions à réaliser est fixé.

Le suivi des actions est représenté dans un tableau de bord. La base de données, correctement renseignée, constitue un outil précieux pour évaluer votre performance sur la période écoulée.

Le procédé pour ouvrir une boutique est déjà une aventure en soi. Une bonne planification de votre démarche permet de constater votre progression, de votre idée de base jusqu’au lancement.

Si vous souhaitez profiter d’une expertise dans le domaine retail, l’équipe d’Ankorstart peut vous aider à chaque étape de votre création de commerce. 

FAQ

Qui contacter pour ouvrir un magasin ?

Les chambres consulaires et les réseaux fournissent des informations aux créateurs de commerce. Par ailleurs, Ankorstore propose un accompagnement dédié aux créateurs de boutique. 

Comment ouvrir un magasin avec peu d’argent ?

L’ouverture d’un commerce nécessite des fonds financiers. Cependant, différents leviers peuvent être activés pour couvrir vos premières dépenses : aides des réseaux, financements participatifs, investisseurs.

Quelles autorisations pour ouvrir un magasin ?

Un commerce est autorisé à fonctionner, une fois immatriculé par les autorités. La demande de création est à réaliser en ligne au guichet unique des entreprises.

Quelle formation pour ouvrir une boutique ?

Il n’existe pas de formation obligatoire pour créer son commerce, sauf s’il est lié à une activité artisanale (exemple : boulanger).