La rentabilité d’un e-commerce de détail dépend de votre capacité à anticiper les différents aspects de votre création d’entreprise. Ce guide passe en revue les 12 étapes clés permettant de faire de votre lancement de e-shop un succès commercial.

Sommaire :

  • Trouver son idée de boutique en ligne
  • Réaliser un business plan pour création de site e-commerce
  • Définir sa méthode de vente en ligne
  • Créer son site de vente en choisissant son statut juridique
  • Financer la création de son site marchand
  • Sélectionner son fournisseur de boutique en ligne
  • Créer son site de vente en ligne
  • Mettre en ligne son premier stock de produits
  • Ouvrir sa boutique en ligne au niveau administratif
  • Mettre en place le circuit de vente en ligne
  • Organiser la livraison des produits de sa boutique en ligne
  • Développer son marketing de boutique en ligne
  • FAQ

1 – Trouver son idée de boutique en ligne

Le marché du e-commerce est en pleine ascension. Le nombre de sites marchands a progressé de 12 % sur l’année 2021. Certains secteurs de vente sont particulièrement florissants. Ils correspondent parfaitement aux habitudes d’achat des clients sur internet.

Les commerçants indépendants investissent pleinement les segments suivants :

  • Mode (vêtements, chaussures) ;
  • Produits d’hygiène et de beauté ;
  • Bijoux et articles de maroquinerie ;
  • Jouets et jeux ;
  • Produits culturels ;
  • Alimentation et boisson ;
  • Décoration et articles pour la maison.

Pour trouver l’idée de business conjuguant aspiration personnelle et succès commercial, demandez-vous quels articles vous souhaiteriez trouver sur une boutique en ligne. Vous pouvez vous spécialiser autour d’une famille précise de produits, ou construire un concept store de niche.

Claire, créatrice d’une boutique de cadeaux 

Claire a créé un e-commerce sur le thème du cadeau.

Sa promesse est la suivante : trouver sur un seul site de vente toutes les bonnes idées pour faire des cadeaux originaux à sa famille ou à ses amis. On y trouve des articles pour les enfants comme pour les adultes.

La navigation sur la boutique est élaborée pour accompagner le client dans ses recherches. Les catégories de produits se déclinent en questions clés : 

  • Besoin d’évasion ;
  • Instant cocooning ;
  • Bonne franquette ;
  • Joujoux pour tous les âges ;
  • etc.

2 – Réaliser un business plan pour création de site e-commerce

Le business plan de votre boutique en ligne est un véritable outil de construction de votre projet commercial. Le document finalisé est un moyen de présentation incontournable lors de montages de dossier de financement.

Il comprend tous les aspects de votre création afin de répondre aux questions suivantes :

  • L’idée de départ est-elle viable ?
  • Les objectifs sont-ils clairs ?
  • Les moyens prévus sont-ils adaptés ?
  • Le développement du chiffre d’affaires est-il cohérent ?

La réalisation du business plan permet de passer en revue toutes les phases préalables au lancement de votre boutique en ligne, afin d’optimiser sa réussite. Commencez par vérifier votre capacité d’insertion économique via une étude de marché. Réalisez ensuite le budget nécessaire à la concrétisation de votre projet.

Prêt à ouvrir votre boutique ?

3 – Définir sa méthode de vente en ligne

La vente de produits sur internet peut prendre 2 formes différentes :

  1. Le e-commerce classique : il fonctionne sur un mode similaire à celui d’une boutique physique. Vous définissez votre concept, présentez les articles à vendre, vous gérez ensuite l’envoi des articles suite à la commande des clients. Ce fonctionnement requiert un espace de stockage de vos marchandises, mais vous maîtrisez le processus de A à Z.
  2. Le dropshipping : c’est aussi un dispositif de vente en ligne, mais le métier est différent. Vous mettez en relation des clients avec des fournisseurs, via votre catalogue. Vous n’avez aucun stock. L’internaute règle ses achats sur votre plateforme. Ensuite, le fournisseur se charge de la livraison des articles.

Le dropshipping est en plein développement. Il représente plutôt un complément de revenus. Par ailleurs, le choix des articles dépend souvent de grandes plateformes spécialisées dans ce type de commerce en ligne. 

Le format e-commerce reste le plus pertinent pour réaliser votre propre assortiment de produits. Vous n’aurez aucun d’intermédiaire pour développer votre business.

4 – Créer son site de vente en choisissant son statut juridique

Ouvrir sa boutique en ligne revient à créer une entreprise. Plusieurs formes juridiques sont possibles selon votre situation. Le statut juridique de votre boutique représente le cadre légal de votre activité entrepreneuriale.

Si vous êtes seul à la tête de votre e-commerce, les statuts d’entreprise individuelle sont une bonne solution :

=> Le régime simplifié de la micro-entreprise est souvent retenu par les créateurs. Au-delà d’un chiffre d’affaires de 176 000 €, vous devrez changer de statut : EURL ou SASU, pour rester dans les formats individuels. Les formalités pour immatriculer votre activité en auto-entreprise (régime micro) sont simples. La démarche s’effectue en ligne depuis le portail auto-entrepreneur de l’URSSAF. Généralement, vous obtenez votre statut sous 8 jours.

En cas de gestion à plusieurs, ou d’entrée d’investisseurs au capital, le montage d’une société devient indispensable. La SAS (société par actions à responsabilité limitée) ou la SARL (société par actions à responsabilité limitée) sont les 2 statuts juridiques les plus courants. 

Ces formes statutaires font l’objet d’un dépôt de dossier auprès de votre centre de formalités des entreprises. Il s’agit souvent de la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI) de votre Département.

5 – Financer la création de son site marchand

Un e-shop demande moins d’investissements financiers qu’un magasin physique : pas de local commercial, ni de frais afférents à son fonctionnement. La création d’un commerce en ligne n’est pas gratuite pour autant.

Différentes charges sont à prévoir dans votre budget : financement du premier stock de produits, création et hébergement de votre site internet, frais de communication pour faire connaître votre marque. Vous allez devoir déployer davantage de moyens pour insérer votre offre dans l’univers très concurrentiel du web.

Un apport personnel de base est le bienvenu pour démarrer votre activité. Pour compléter ces fonds, vous pouvez vous renseigner sur les différentes aides à la création d’entreprise via la plateforme aides-entreprises.fr. 

6 – Sélectionner ses fournisseurs et ses produits 

Appuyez-vous sur votre étude de marché pour définir votre assortiment de produits. En e-commerce, pas de zone de chalandise : votre périmètre de clientèle est sans limite. Au-delà du choix des articles, les fournisseurs retenus doivent être très réactifs pour sécuriser votre stock.

Un produit en rupture de stock peut impacter fortement votre chiffre d’affaires. Le cyber-consommateur préfère chercher le même article sur un autre site, plutôt que d’attendre patiemment votre réassort. 

Bon à savoir : sécuriser ses achats avec Ankorstore

Ankorstore facilite votre quotidien en sélectionnant rigoureusement les marques proposées aux commerçants retail. Faites le choix de la sérénité en commandant des articles parmi 20 000 marques validées

Ouvrez votremagasin avec

Prêt à discuter de votre projet d'ouverture ?

Nos experts partagent leur savoir-faire avec vous pour vous aider à lancer votre magasin dans les meilleures conditions.

Commencez

7 – Créer son site de vente en ligne

Choisir son nom de domaine

L’identité d’un site commence par le choix d’un nom de domaine. Cette dénomination a une grande importance. Elle doit refléter le concept et l’identité de votre e-shop. Elle doit exprimer d’emblée votre thématique de vente. 

Votre nom de marque sur internet vous appartient. Une fois déposé et acheté, il devient votre propriété. Pour connaître la disponibilité des appellations, consultez le site de l’Afnic (association française pour le nommage internet en coopération). Terminez votre nom de domaine par l’extension correspondant à votre pays (.fr pour la France). L’extension .com est aussi largement utilisée.

Bon à savoir : bien gérer votre propriété de domaine

L’ensemble des démarches doivent être réalisées en votre nom, même si vous déléguez une partie du travail à un prestataire.

Trouver son système de gestion de contenu

Votre site de vente en ligne est créé dans un cadre bien spécifique : le système de gestion de contenu ou CMS (Content Management System). Ce logiciel permet de construire vos pages, et de mettre à jour votre site. Il existe de nombreux types de CMS. Leur accès varie en fonction de 2 solutions :

  1. L’abonnement à un CMS : vous créez votre e-shop au moyen d’un logiciel disposant de configurations préétablies. Pour un coût mensuel, vous bénéficiez de templates et d’un système de maintenance pour votre site. Votre nom de domaine vous appartient, mais vous êtes locataire pour le reste. Un pourcentage peut être retenu sur votre chiffre d’affaires.
  2. L’acquisition d’un CMS : vous achetez des droits d’utilisation. Vous avez la main sur l’ensemble du design et de la structure de votre site. Si vous ne disposez pas de compétences informatiques, faites appel à un web développeur.

La seconde solution est plus onéreuse, mais elle offre plus de possibilités. Prévoyez un budget minimum de 2 000 à 5 000 € pour créer votre site e-commerce de qualité. Il faut ajouter à la dépense initiale le coût de maintenance pour gérer les potentiels bugs techniques.

Comptez 30 € par mois pour l’abonnement à un CMS. Il est possible de démarrer avec cette solution, pour migrer vers une création propre à terme. Cependant, cette opération peut s’avérer complexe.

Configurez obligatoirement votre site à un format responsive afin qu’il s’adapte à différents supports numériques utilisés par les clients : ordinateur, mobile, tablette.

8 – Mettre en ligne son premier stock de produits

Mettez-vous dans la peau d’un client internaute, et prévoyez le parcours d’achat le plus simple possible. Tout commence par une mise en valeur des produits grâce à un design alléchant. Votre assortiment doit être parfaitement structuré pour répondre au processus de navigation des internautes. 

Votre objectif est de convertir les visiteurs en clients. Donnez envie d’acheter les articles en présentant vos produits de façon exhaustive. Vous n’êtes pas sur place pour répondre aux éventuelles questions des internautes. Pensez en amont à toutes les informations utiles sur l’article : prise de photos sous différents angles, fiches produits donnant l’ensemble des caractéristiques techniques.

9 – Ouvrir sa boutique en ligne au niveau administratif

Les démarches administratives pour ouvrir un commerce en ligne sont similaires à celles d’une boutique physique : 

  • Inscription au registre du commerce et des sociétés ;
  • Immatriculation : numéro SIRET et TVA intracommunautaire.

Par ailleurs, vous devez respecter l’application du Règlement Général des Données Personnelles. Ce dispositif européen est entré en vigueur le 25 mai 2018. Il remplace les obligations de déclaration auprès de la CNIL.

La loi demande à toute entreprise disposant de données personnelles relatives à des clients ou à des salariés de tenir un registre de traitement composé des données suivantes :

  • Vos coordonnées, en tant que responsable ;
  • La catégorie des personnes concernées par le traitement (client, salarié) ;
  • La façon dont les données sont stockées ;
  • La durée de conservation des données personnelles ;
  • Le système prévu pour protéger les données.

10 – Mettre en place le circuit de vente en ligne

Le tunnel de conversion est décliné en plusieurs phases, de la visite de votre site internet à la finalisation d’un paiement par le client. Le règlement en ligne est largement développé, mais reste sensible pour les clients. Il est important de mettre en place des pratiques assurant la sécurité des données bancaires du consommateur.

Commencez par demander un certificat SSL auprès de l’hébergeur de votre site internet. Votre protocole HTTP devient HTTPS, il assure le cryptage des transactions réalisées sur votre site. 

La validation d’un panier d’achat donne lieu à une série d’étapes aboutissant au règlement du client. Il est recommandé de proposer plusieurs options de paiement : carte bancaire, service paypal, virement, etc. Cette pratique met en confiance l’acheteur et vous évitera de perdre certaines ventes.

Votre site doit comporter différentes mentions obligatoires attestant de votre respect du cadre réglementaire lié à l’activité commerciale. Parmi celles-ci, les conditions générales de vente (CGV) fixent le cadre de l’achat : prix TTC du produit, modalités de paiement, conditions de retour, délai de livraison. Ces données doivent faire l’objet d’un accord du client, au moyen d’une case à cocher avant le paiement en ligne.

Prêt à ouvrir votre boutique ?

11 – Organiser la livraison des produits de sa boutique en ligne

Le mode d’envoi de la commande a toute son importance pour le client. Votre objectif est de proposer des délais courts pour la réception des produits. La gestion de la livraison est une donnée stratégique incontournable pour la bonne marche de vos affaires.

Pour être efficace sur ce point, prenez le temps de faire le tour des solutions possibles :

  • Envoi par la Poste ;
  • Gestion par des transporteurs privés ;
  • Organisation en points relais.

Pour négocier au mieux votre contrat, utilisez votre prévisionnel de ventes de votre business plan afin de fournir des données quantitatives auprès de votre prestataire. La livraison constitue un gros poste de dépense dans votre projet. Misez sur une solution valide et économique.

Prévoyez en amont les conditions de retour et d’échange d’articles, en les communiquant sur votre site. C’est un élément supplémentaire de sécurisation du parcours d’achat du consommateur.

12 – Développer son marketing de boutique en ligne

Déployer les outils de marketing digital

La rentabilité d’une boutique en ligne repose sur 3 facteurs essentiels :

  1. Un site fonctionnant parfaitement : difficile d’éviter totalement les bugs, mais vous devez disposer d’un cadre technique très réactif, afin de ne pas perdre votre potentiel d’achats ;
  2. La visibilité de votre marque sur internet : mettre en place des moyens de communication pour générer du trafic sur votre site ;  
  3. Un bon taux de conversion : il faut donner envie aux visiteurs de passer à l’action en validant des paniers.

La gestion de la communication doit être au cœur de votre stratégie. Déclinez votre marketing digital en différents canaux selon votre client cible :

  • Réaliser des campagnes publicitaires payantes sur Google Ads ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram) ;
  • Définir une ligne éditoriale pour la gestion des médias sociaux, en privilégiant les formats vidéo et les photos pour mettre en avant vos articles ;
  • Fidéliser votre audience en interagissant avec elle (followers, inscription à un newsletter pour constituer une liste d’abonnés, etc.).

Développer la visibilité de son e-commerce

La gestion de la communication digitale est chronophage. Par ailleurs, elle requiert des compétences techniques spécifiques à chaque canal de publication. Voici les professionnels indiqués pour vous aider à développer votre rentabilité :

  • Le community manager, pour gérer les réseaux sociaux ;
  • Le trafic manager, pour organiser des campagnes SEA afin de propulser votre site sur la première page de Google ;
  • Le rédacteur web, pour écrire les pages de votre site correspondant aux intentions des clients et optimiser votre référencement naturel (SEO).

La démarche de projet pour ouvrir sa boutique est une aventure en soi. Afin d’accompagner au mieux les commerçants de détail, Ankorstore a créé le programme Ankorstart. Une équipe dédiée vous apporte son soutien à chaque phase de votre projet.

FAQ

Comment ouvrir une boutique en ligne en auto-entrepreneur ?

La création d’un e-shop en micro-entreprise est très simple. Faites votre déclaration en ligne sur le portail de l’auto-entrepreneur de l’URSSAF. Vous recevrez vos numéros de SIRET et de TVA intracommunautaire par courrier.

Quelles solutions de paiement pour un e-commerce ?

Il existe plusieurs possibilités pour régler ses achats sur une boutique en ligne : carte bancaire, virement, service paypal, carte prépayée, chèque. Il est conseillé de proposer plusieurs moyens de règlement aux clients afin de sécuriser l’acte d’achat.

Est-ce rentable d’ouvrir une boutique en ligne ?

L’activité de commerce en ligne peut être très rentable, à condition de mettre en place le bon cadre stratégique au départ. Les charges d’exploitation sont moindres, en comparaison à un magasin physique. Pour autant, votre rentabilité dépend du trafic de visiteurs sur votre site. Le budget marketing est important.

Comment ouvrir une boutique en ligne sans argent ?

En cas d’apport personnel minime, il est possible de bénéficier d’aides à la création d’entreprise. Les micro-crédits peuvent parer à vos premières dépenses en cas de lancement.

Quels sont les fournisseurs pour les boutiques en ligne ?

Les fournisseurs pour les e-commerces sont très nombreux. Il est difficile d’en faire le tour pour les commerçants de détail. Facilitez votre quotidien en commandant sur Ankorstore parmi plus de 20 000 marques différentes.

Ouvrez votremagasin avec

Prêt à discuter de votre projet d'ouverture ?

Nos experts partagent leur savoir-faire avec vous pour vous aider à lancer votre magasin dans les meilleures conditions.

Commencez