Intro – S’assurer en cas de sinistre ou disposer d’une bonne couverture santé sont des éléments impératifs pour sécuriser l’activité professionnelle de commerçant. Quel niveau d’assurance prévoir pour son magasin ? Le point sur les différents risques à connaître pour faire le bon choix.

Sommaire : 

Assurances pour mon magasin : quels risques couvrir ?

Quelles sont vos obligations en matière de couverture de risques pour votre boutique ? Le principe de l’assurance consiste à souscrire un contrat vous prémunissant de différents risques liés à une éventuelle perte d’exploitation : dommages, sinistres, etc. 

Le Code des Assurances prévoit plusieurs dispositions à connaître en tant que commerçant. On peut distinguer trois grandes catégories à assurer :

  • Les biens ;
  • L’activité ;
  • Les personnes.

Cet ensemble constitue votre fil conducteur pour définir le niveau de garantie requis en fonction de votre contexte d’activité. Que comprend chacune de ces catégories ?

Assurer les biens de mon commerce de détail

L’assurance d’un magasin comprend tout d’abord la couverture des biens. Ils comprennent vos biens immobiliers : vos locaux, que vous en soyez locataire ou propriétaire. L’ensemble des biens mobiliers doit également être prévu dans l’assurance de votre magasin : 

  • Les stocks, des marchandises aux produits finis ;
  • Les meubles de la boutique ;
  • Les éléments techniques utiles à l’exploitation du commerce (caisse, ordinateurs, etc.).

Il en est de même pour les boutiques en ligne. Dans ce cas, l’assurance professionnelle prévoit des garanties différentes de votre couverture pour votre habitation. Il est important de penser à l’ensemble des éléments vous permettant de travailler au quotidien.

3 types de garanties permettent de sécuriser de vos biens :

  • L’assurance des locaux et des biens, obligatoire si vous êtes locataire, permet de couvrir vos éléments matériels en cas de vol, de dégât des eaux ou d’incendie ;
  • L’assurance du bris de matériel est incontournable pour l’ensemble de vos appareils numériques ;
  • L’assurance des véhicules professionnels, si vous en avez l’utilité dans votre activité.
Bertrand, gérant d’une épicerie de village (Corrèze)

Bertrand a ouvert sa boutique de proximité depuis un an. Il a développé une nouvelle offre pour être au plus près des besoins de ses clients, en proposant un service de livraison.

Pour lancer cette nouvelle prestation, il utilise son véhicule personnel, et organise 2 tournées par semaine. Il a fait évoluer son contrat d’assurance et dispose des garanties professionnelles pour l’usage de son automobile.

Garantir l’activité de mon point de vente

Assurer votre activité revient à bénéficier d’une prise en charge en cas d’arrêt partiel ou total du magasin pour des raisons externes à l’entreprise : incendie, dégât des eaux, etc. L’assurance de perte d’exploitation indemnise l’entrepreneur en cas d’arrêt partiel ou total de son activité.

Bon à savoir : Quelles garanties anticiper pour assurer sa perte d’exploitation ?

Les facteurs causant la perte d’activité d’un commerce ont beaucoup évolué ces dernières années. Les catastrophes naturelles et les mouvements populaires (gilets jaunes, par exemple) doivent figurer dans les clauses de votre assurance.

Assurer les personnes de mon entreprise

Combien de personnes sont à assurer au sein de votre boutique ? Vous-même, pour commencer. Devenir commerçant correspond à un domaine d’activité large. Son exercice peut appartenir à une profession réglementée, si vous êtes artisan, notamment.

Cependant, tout professionnel en exercice peut, sans le vouloir, créer des dommages à un tiers. La souscription d’une responsabilité civile est alors incontournable.

Dans le cadre d’un commerce, on peut distinguer 2 types d’assurances en responsabilité civile :

  • La responsabilité civile professionnelle vous couvre en cas d’erreur ou d’oubli dans vos gestes professionnels (une malfaçon sur un objet pour un artisan, par exemple) ;
  • La responsabilité civile exploitation vous protège en cas de dommages causés à un tiers, par vous ou l’un de vos collaborateurs, se déroulant dans le cadre de votre magasin.

Ces 2 niveaux de couverture se complètent. La RC exploitation est particulièrement indiquée pour une boutique.

Nadège, en pleine ouverture d’un commerce de proximité (Orléans)

Nadège est sur le point d’ouvrir les portes d’un commerce de proximité proposant une épicerie bio et un salon de thé.

Elle constitue le premier stock pour sa boutique et reçoit de nombreux fournisseurs pour son lancement. Lors d’une rencontre avec l’un d’entre eux, elle fait tomber, par inadvertance, un carton rempli d’un assortiment de tapenades et de confitures.

Confuse, elle contacte son assureur. L’incident est pris en charge dans le cadre de sa responsabilité civile exploitation, car il ne s’agit pas d’une erreur professionnelle.

Selon le statut juridique de votre magasin, votre responsabilité peut également être en jeu en tant que gérant de l’entreprise. Il existe, à cet effet, une assurance responsabilité civile spécifique aux dirigeants

Les clauses de ces contrats permettent une prise en charge financière des frais de défense et du règlement des indemnités en cas de condamnation de litiges. Ce niveau de protection juridique est particulièrement recommandé si vous employez des collaborateurs, ou si vous avez des investisseurs au sein de votre société.

L’entrepreneur doit parer à toute éventualité pour maintenir sa sécurité financière et celle de sa famille. À cet effet, les compagnies d’assurance proposent des options spécifiques en cas d’arrêt de travail, voire de décès du commerçant.

Ces assurances perte de revenus permettent de mettre votre foyer à l’abri par la prise en charge de vos ressources lorsque le travail à titre personnel est impossible. En tant qu’entrepreneur, la santé doit faire partie de votre système d’assurances.

Assurer les employés de mon commerce

Dès la première embauche d’un salarié au sein de votre boutique, 3 obligations s’imposent en matière d’assurance :

  • La responsabilité civile professionnelle des employés (comprise dans vos RC pro et exploitation) ;
  • La proposition d’une mutuelle santé collective (obligatoire pour le secteur privé depuis le 1er janvier 2016) ;
  • La souscription d’un contrat de prévoyance collective, pour couvrir l’incapacité de travail, l’invalidité professionnelle, et le décès.

Vos cotisations sociales seront augmentées afin de couvrir les pertes liées aux accidents du travail, les accidents de trajet également. Les salariés utilisant leur véhicule personnel durant leur temps de travail (pour réaliser des rendez-vous clients, par exemple) doivent bénéficier d’un contrat d’auto mission.

Prêt à ouvrir votre boutique ?

Pourquoi souscrire une assurance à l’ouverture de ma boutique ? 

Les frais d’assurance représentent un coût, parfois important, pour l’entrepreneur. Ces charges de fonctionnement sont très variables selon la typologie et le niveau de garanties souscrit.

Pour autant, un événement malheureux, aussi accidentel soit-il, peut mettre votre magasin en stand-by pour une durée parfois indéfinie. Vos assurances améliorent grandement la sécurité de votre business, à tous points de vue.

Un commerce est, par essence, un cadre d’échanges entre différents acteurs : dirigeants, collaborateurs, clients, fournisseurs, investisseurs, etc. Le potentiel d’erreur ou d’accident est donc important. 

Le périmètre des assurances est évolutif en fonction de nos contextes de vie. Ces dernières années, de nouveaux risques ont émergé ou ont augmenté, tels que :

  • Les garanties en cas de catastrophe naturelle ;
  • Les risques intrusion en cas d’attentat ;
  • Les cyber-assurances pour indemniser les sociétés en cas de hacking.

Comment choisir une assurance pour mon commerce ? 

L’assurance pour votre magasin doit comporter un large niveau de couverture en cas de dommages. Pour faciliter vos démarches administratives, les assureurs sont en mesure de vous proposer une assurance multirisque commerce.

Le contrat prend la forme d’un pack regroupant les différentes catégories de protection :

  • Responsabilité civile professionnelle et exploitation ;
  • Assurance des locaux et des biens associés ;
  • Garanties en cas de perte d’exploitation ;
  • Bouquet d’options supplémentaires, le cas échéant.

Cette formule tout-en-un a l’avantage de gérer votre système assurantiel auprès d’un seul organisme. Vous maîtrisez vos frais de dossier auprès d’un interlocuteur unique. 

Veillez cependant à comparer les prestations auprès de plusieurs compagnies d’assurance. L’établissement de devis écrits permet de lire entre les lignes des différentes formules proposées. Soyez particulièrement attentif aux taux de garanties des lots comprenant le contrat multirisque.

Généralement, l’enjeu majeur des solutions proposées reste l’assurance des locaux. Pour une boutique physique, le contrat multirisque s’avère souvent plus avantageux financièrement. Les commerces en ligne ne disposant pas de local commercial peuvent souscrire des contrats séparés.

Par ailleurs, plusieurs paramètres peuvent faire varier le prix d’un contrat d’assurance. Le secteur d’activité, notamment, peut représenter un risque plus ou moins important. L’âge de l’entreprise est également considéré. Il est difficile pour un magasin récent de chiffrer une éventuelle perte d’exploitations. 

De la même façon, une boutique disposant d’une équipe de collaborateurs augmente l’assiette de charges, notamment dans le domaine de la santé.

Certains assureurs présentent des politiques plus favorables que d’autres à l’attention des créations d’entreprise. Dans certains cas, faire appel à un courtier en assurance peut vous permettre d’envisager votre choix en connaissance de causes. C’est aussi l’occasion d’établir un cahier des charges quant à vos besoins. 

Quelles sont les bonnes pratiques pour assurer mon point de vente ? 

Le choix de l’assurance pour votre magasin est déterminant pour la bonne gestion de votre projet. D’ailleurs, vos frais d’assurance doivent être anticipés dans le business plan de votre boutique, afin d’établir de façon précise quelles seront vos charges d’exploitation. 

L’étude des assurances est coûteuse en énergie et en temps. La lecture des différents devis peut être rébarbative, dans un langage peu explicite. Mais il serait préjudiciable de signer votre contrat en choisissant uniquement sur la base d’un prix plus attractif.

Les packs multirisques se ressemblent. Or, les propositions peuvent présenter des différences majeures en termes d’indemnités. La souscription à un contrat global peut donner l’illusion de couvrir l’ensemble des éléments constituant votre entreprise. Il est vivement conseillé de passer en revue chaque catégorie à assurer afin de ne rien omettre. 

Un changement sur votre point de vente ? L’arrivée de nouveaux collaborateurs, ou l’augmentation de votre chiffre d’affaires, peuvent faire évoluer vos besoins en garanties. Le fait de signaler chaque modification majeure concernant votre boutique permet de bénéficier d’une couverture adaptée à vos circonstances.

Ouvrez votremagasin avec

Prêt à discuter de votre projet d'ouverture ?

Nos experts partagent leur savoir-faire avec vous pour vous aider à lancer votre magasin dans les meilleures conditions.

Commencez

Comment savoir si l’assurance de ma boutique est la bonne ? 

L’ouverture de votre magasin de détail nécessite 3 actions pour vous prémunir des risques courants :

  1. Assurer leurs locaux commerciaux s’ils en sont locataires ;
  2. Prévoir une responsabilité civile professionnelle ;
  3. Mettre en place un système de couverture santé pour les employés.

Ainsi, le bon choix d’assurance doit être pensé comme un système à 3 piliers : personnes, biens et activité. Ces 3 catégories doivent figurer dans votre plan d’assurance.

Une bonne assurance est transparente quant à ses plafonds de garantie. Toutes les assurances de locaux comportent une prise en charge en cas de sinistre ou de vol. Mais jusqu’à quel point sur le plan financier ?

La compensation financière est la variable d’ajustement des assureurs. Soyez également vigilant quant aux systèmes de franchise. Lorsqu’un incident survient, quel sera votre reste à charge ? Enfin, existe-t-il des exclusions de garanties qui entraîneraient un refus de prise en charge ?

De nombreuses compagnies étalent un certain nombre d’options, pas toujours très utiles au commerçant. La digitalisation des entreprises, par exemple, donne lieu à des frais de dossier supplémentaires.

Pensez également à bien vous informer sur ce que l’assureur entend par l’assistance juridique du dirigeant. S’agit-il d’une prestation apportant de la valeur ajoutée ? La mise à disposition d’informations sur une plateforme peut être considérée comme un accompagnement.

Afin de répondre aux questions pratiques avant d’ouvrir votre boutique, Ankorstore a mis au point le programme Ankorstart. Ses experts spécialisés dans le commerce retail vous accompagnent gratuitement à toutes les étapes de votre lancement.

FAQ

  • Pourquoi assurer mon magasin ?

L’assurance de votre boutique vous permet de maintenir votre activité et vos revenus en cas d’incident, de vol ou de sinistre.

  • Comment assurer mon commerce de détail ?

L’assurance de votre magasin doit couvrir vos biens, votre activité, sans oublier les personnes qui constituent votre équipe, à commencer par vous.

  • Que doit-on assurer dans un point de vente ?

Prenez le temps de bien considérer le contenu de votre boutique : vos stocks de marchandises, vos meubles, vos systèmes d’information. Un bon état des lieux permet de générer une déclaration au plus juste.